Contact

Assurés, contactez nous

Photo d'Ilham QA Engineer Lead IPaaS chez Wakam

Nous avons eu le plaisir d’échanger avec Ilham, QA Engineer Lead IPaaS (pas de panique on vous explique ce que c’est dans l’article) chez Wakam depuis 3 ans ! Arrivée en tant qu’externe dans un premier temps, elle explique pourquoi elle a décidé de franchir le pas et nous rejoindre en tant qu’interne. On a parlé culture et elle nous a aussi avoué avec qui elle changerait de place chez Wakam pour une journée. Tout ce qu’on peut vous dire c’est que ce n’est pas n’importe qui !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Hello, moi c’est Ilham Dahmani, je précise mon nom de famille car maintenant il y a deux Ilham chez Wakam ! J’ai un parcours un peu étrange : j’ai commencé à faire de l’informatique et des maths avant de me tourner vers l’économie et l’assurance.

Que faisais-tu avant de rejoindre Wakam ?

J’ai travaillé pendant 10 ans dans différentes sociétés de consulting. Je me souviens encore de ma première expérience (en tant que stagiaire). Ne connaissant rien du tout à l’informatique mais on m’avait demandé de coder en Saas ! On m’a par la suite envoyée chez Axa pour une mission sur-mesure à la fois de PMO & de Chargée de qualification.

J’y suis restée 3 ans en y effectuant plusieurs jobs dans différents domaines (Vie, IARD, Santé). J’ai effectué également d’autres missions dans diverses compagnies d’assurances et dans le secteur bancaire où j’ai eu la chance de piloter des équipes de 3 ou 4 personnes.

C’est à la suite de ça que tu es arrivée chez nous ?

Oui tout à fait ! Je suis arrivée chez Wakam en janvier 2019 en tant que QA Engineer Lead IPaaS avec un contrat d’externe. J’avais pour mission de gérer la recette de notre plateforme IPaaS et de mettre en place toute la logique de test.

Il y avait peu de process à l’époque donc il a fallu rapidement monter en compétences ! Je suis finalement passée en interne en juin 2020.

Tu es « QA Engineer Lead IPaaS » mais ça consiste en quoi exactement ?  

Il faut savoir que tous nos produits d’assurance sont accessibles via APIs depuis notre plateforme IPaaS. Avec Nassima nous nous assurons que tout fonctionne correctement pour nos partenaires. Grâce à un script de tests (que nous sommes en train d’automatiser) nous vérifions que les appels [vers les APIs] fonctionnent et que les données redescendent bien dans notre système, notamment dans notre blockchain.

On s’assure qu’il n’y aura pas de bug en production (ça n’empêche pas qu’il y en ait parfois mais on fait tout pour les éviter !)

On est vraiment sur toute la chaîne de valeur de la plateforme. On travaille avec l’Office Produit pour la publication de l’API et avec la Data pour vérifier que nos données redescendent bien dans nos systèmes. On s’occupe aussi du support et de trouver le bon interlocuteur en cas de questions d’un partenaire.

Et depuis quelques temps j’ai aussi pris un peu le rôle de Scrum Master à la suite d’une formation. Je me suis dit que je pouvais mettre à profit ce que j’avais acquis et donc je m’occupe d’animer les sprints, stand up etc. On est en train de développer une vraie culture de l’Agile donc je suis contente !

Personnage de la série Silicon Valley qui explique la méthode Scrum

Pourquoi être passée du statut d’externe à interne ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de rester ?

J’ai vraiment été séduite par l’état d’esprit et l’ambiance qui règnent chez Wakam. Par le fait qu’il y ait peu de process préétablis sur mon périmètre j’ai une forte autonomie. Cela me permet de mettre en place mes propres idées et de tester différents outils.

À l’époque mon manager m’avait vraiment donné carte blanche pour tout construire. Le fait qu’on m’ait fait confiance et donné le champ libre m’a vraiment montré que j’appartenais à Wakam.

Je n’avais pas l’impression d’être un simple presta ou quelqu’un de passage. J’avais vraiment l’impression de faire partie de l’entreprise donc j’avais à cœur de faire les choses biens et d’aller au-delà de mes missions.

La boîte est vraiment à taille humaine, on peut sans cesse proposer de nouvelles choses ! Ce n’était pas toujours le cas dans mes expériences précédentes. Chez Wakam tu as toujours envie d’en faire plus et de te saisir de différents sujets.

En fait, plus je peux faire de choses différentes plus je m’éclate !

Peux-tu m’expliquer ton métier en une phrase très simple ?

J’aide à ce que les outils qu’on met à disposition de nos partenaires soient fiables.

Que penses-tu du secteur de l’assurance ?

Je pense que c’est un secteur qui a pas mal évolué. L’assurance n’est pas toujours appréciée et les assureurs passent toujours pour les arnaqueurs (les fameuses petites lignes dans les contrats tu sais !)

Mais je trouve que c’est un métier qui fait sens et qui a une forte valeur ajoutée. Si nous n’avions pas d’assurance aujourd’hui on serait bien embêté pour plein de choses. On est parfois content que les assureurs soient là pour nous indemniser ! Je trouve que c’est un beau métier et c’est pour ça que je suis aussi bien dans ce secteur.

Une semaine pour toi chez Wakam ça ressemble à quoi ?

Beaucoup de rebondissements (rires) et d’inattendus ! Elle est rythmée entre les réunions, les petites demandes de partenaires et les bugs à régler sur les APIs. Je travaille aussi très régulièrement en binôme avec un dév. Pendant qu’il code, je réalise des tests en parallèle.

Par ailleurs, on continue à faire évoluer la plateforme IPaaS en implémentant de nouvelles fonctionnalités.

J’essaie aussi de créer des petits moments de convivialité entre nous ! On a une réunion de 30 minutes dans la semaine pendant laquelle on fait des petits jeux en ligne histoire de se détendre ! On fait ça en début d’après-midi en général avant de réattaquer la journée. Ça nous permet de garder l’esprit d’équipe quand tout le monde est en télétravail.

Sur quoi est-ce que tu travailles en ce moment ?

Sur la reprise de données. On a eu quelques bugs en production et les données ne sont pas bien redescendues du côté du Data Office. Par exemple, il peut y avoir une erreur sur une date de contrat ou sur une garantie. Et avec la blockchain c’est plus compliqué de modifier les données s’il y a une erreur.

On travaille avec les développeurs sur le développement d’un outil afin d’automatiser le process. On va pouvoir annuler tous les contrats qui comportent des erreurs et en créer de nouveaux. Avant c’est quelque chose qu’on devait faire manuellement !

On travaille toujours aussi sur l’automatisation des tests. On alimente l’outil avec plus de scénarios de tests afin de le rendre plus robuste et pour avoir une plateforme plus fiable.

Un truc dont tu es super fière que tu as fait chez Wakam ?

C’est le fait d’avoir une vraie logique de test. Quand je suis arrivée chez Wakam, il n’y avait pas vraiment de process pour la QA. Tout était encore très manuel et pas vraiment industrialisé comme aujourd’hui.

J’ai réussi à créer un vrai référentiel de tests qui permet de rendre notre plateforme plus robuste et plus fiable. Et ça j’en suis plutôt fière !

Si tu pouvais ajouter une chose dans les bureaux ?

Alors je me suis  déjà poser la question ! J’adorerais qu’on ait une salle de pause/relaxation pour pouvoir lire un livre ou faire une petite sieste. Et ça serait top si on avait une salle de sport dans nos bureaux aussi (avec des douches bien sûr) !

Illustration montrant quelqu'un qui fait du sport

Si tu devais décrire la culture chez Wakam, que dirais-tu ?

Ça rejoint un peu ce que je disais précédemment.

C’est un endroit où tu peux venir comme tu es et où tu peux proposer des idées. Il y a vraiment une bienveillance entre Wakamees qui est super. Personne ne cherche à te brider quand tu donnes des idées.

Ça permet de libérer ton esprit, de penser autrement et de toujours chercher de nouvelles idées. Ça nous aide vraiment à évoluer et à grandir. On a vraiment une culture que j’aime beaucoup.  

Parmi nos 11 marqueurs culturels, quel est celui qui te ressemble le plus ?

Sans hésiter c’est : “We are curious and we learn”. C’est vraiment celui qui me ressemble plus. Chez Wakam, je ne mets pas de barrière en me disant « non je ne pourrai pas faire ça ». Je suis hyper curieuse et j’adore apprendre de nouvelles choses.

(Pour voir tous nos marqueurs)

Si tu pouvais changer de métier, que ferais-tu ?

Alors si je changeais complètement je me lancerais peut-être dans la pâtisserie ! C’est quelque chose que j’adore faire.

Et je suis aussi fan de parfum et de cosmétique alors pourquoi ne pas devenir « nez » !

Si j’étais plus raisonnable, j’aimerais beaucoup coacher les gens et faire des formations pour par exemple les aider à prendre confiance en soi. Dans mes qualités je suis quelqu’un de très à l’écoute et du coup je me dis qu’aider les gens pour mieux comprendre leurs attentes et ce dont ils ont besoin ça pourrait me plaire.  

Si tu pouvais changer de place avec quelqu’un pour une journée ?

(Rires) J’aimerais beaucoup prendre la place d’Olivier (Jaillon, CEO & CPO de Wakam) pour voir son quotidien. Me mettre dans sa peau pour voir les décisions qu’il doit prendre et comment il réfléchit. Ça me plairait bien !

Quels conseils donnerais-tu à Ilham quand elle était plus jeune ?

Ne pas avoir peur de prendre des risques et de foncer. J’ai toujours été quelqu’un d’assez peureux et qui craint de se lancer. Je pense que c’était dû à un manque de confiance en moi.

Alors franchement il faut foncer, se planter et apprendre de ses échecs !

Quelle est la première chose que tu fais quand tu arrives au bureau ?

Je ne peux pas commencer ma journée sans café. C’est obligatoire ! Et puis surtout un petit déjeuner. Pour moi c’est sacré ! Ça permet de prendre 5 minutes pour souffler et préparer ma journée.  

Quelle est ta chanson/groupe préféré(e) ?

Pour me motiver j’écoute « Eye of the Tiger » de Survivor ! Dans Rocky quand tu le vois courir dans les marches c’est le truc qui me booste quand je fais du sport !

Ton restaurant préféré à côté des locaux ?

Alors j’en ai plusieurs en fait.

Il y a Grainar et le Rubis qui sont situés rue Leopold Bellan c’est hyper bon !

Tu as aussi un restaurant italien qui s’appelle « Les amis de Messina » et un brésilien Uma Nota rue Réaumur !

Le mot de la fin ?

Merci déjà ! Je trouve que c’est hyper sympa de faire ce genre de format et de prendre le temps de mettre en avant les Wakamees. Je suis très contente de pouvoir évoluer chez Wakam et j’espère que ça va continuer !

Interview réalisée en janvier 2022.

Emilien Matte

Communication & Content Strategist