Contact

Assurés, contactez nous

Une technologie qui facilite le transfert de valeur au cœur de notre métier

Nous échangeons en permanence des flux de valeur avec nos partenaires, nos réassureurs et nos assurés. La blockchain permet aux assureurs de gérer plus facilement et plus rapidement ces flux, sans passer par des intermédiaires. Il est tout à fait possible aujourd’hui de faire de l’assurance sans blockchain, la preuve en est, encore peu d’acteurs s’intéressent à cette technologie ! Nous avons décidé chez Wakam d’explorer et d’utiliser cette technologie car elle nous permet de fiabiliser de l’information et nous garantit l’authenticité de chaque transaction effectuée.

Miser sur une technologie d’avenir ultra-sécurisée

Nous sommes fiers d’annoncer que nous avons plus de 148 000 contrats dans notre Blockchain. Chaque mois ce chiffre augmente de 10% en volume à nombre de partenaires constant. Il s’agit de l’un des plus grands cas pratique au monde ! Mais qu’est-ce qu’une blockchain exactement et comment l’utilisons-nous concrètement ?

Selon nous, la blockchain est un moyen de « plateformiser » notre métier d’assureur. Nous faisions ainsi partis des premiers acteurs à miser sur cette technologie et en démarrant en 2018 le déploiement d’une blockchain privée au sein de notre système de gestion au départ Chain.com et désormais Quorum. La blockchain privée nous permet d’échanger des informations confidentielles avec nos partenaires, et d’avoir un processus d’audit extrêmement fiable. C’est aussi plus économique pour le volume de transactions que nous effectuons aujourd’hui et son écologique est moindre.
« Cela fait plus de deux ans que nous avons ouvert notre blockchain et créé nos premiers contrats d’assurance en blockchain.« 

« Nous comptons aujourd’hui près de 300 000 contrats actifs sur différents produits d’assurance »

ajoute Olivier Jaillon

Le bénéfice de la blockchain, c’est avant tout un gain en termes d’efficacité opérationnelle. C’est un moyen pour nous d’être plus efficients, de baisser nos coûts de transaction et d’être ainsi capables d’assurer des risques que nous ne serions pas en mesure de couvrir sans cette capacité d’automatisation. Chaque semaine plus de 2000 transactions en moyennes transitent par notre blockchain, en toute transparence. Nos partenaires et clients peuvent s’assurer en temps réel de la fiabilité des données enregistrées chez nous grâce à elle.

« Nous souhaitons créer avec nos partenaires un écosystème transparent et sécurisé autour de notre blockchain. Un écosystème qui devrait nous permettre de nous projeter collectivement vers de nouveaux usages de l’assurance et de nouveaux risques »
Olivier Jaillon, Chief Enablement Officer de Wakam

De la technologie au cas d’usage comment la blockchain facilite l’expérience ?

Le besoin de proactivité de l’assuré nous a incité à investir dans cette technologie. Traditionnellement, lors d’un sinistre, il revient au client d’apporter la preuve d’un dommage. Avec la blockchain, nous avons voulu renverser ce modèle. C’est ainsi nous en tant qu’assureur qui allons déterminer nous-même la réalisation du sinistre et automatiser le processus d’indemnisation. Pour cela, des évènements déclencheurs ou « triggers » sont définis : données publiques (météo, retard d’avion, etc.), privés (via des tiers de confiance) et désormais aussi l’Internet des objets (IoT) qui connectés à la blockchain permettent d’automatiser la gestion des sinistres.

La blockchain, c’est véritablement tout notre back-office de gestion des contrats et des sinistres dans lequel on vient automatiser tout le cycle de vie du contrat et indemniser automatiquement et proactivement le client via les différents triggers.

Nous proposons par exemple des assurances destinées à des sites e-commerce pour couvrir les marchands sur des impayés sur les paiements en trois fois sans frais. Nous les protégeons contre le risque de défaut du client final dans le 2e et 3e versement en venant indemniser automatiquement le e-commerçant qui fait face à un défaut de paiement. Autour de la micro-assurance, nous utilisons la blockchain dans un produit d’assurance qui vient protéger les populations les plus fragiles en France.

Vers la blockchain publique, le must de la transparence

Notre objectif fin 2020 est de finaliser la gestion sur la blockchain de l’ensemble de nos contrats d’assurance automatisés. L’automatisation des sinistres sera notre chantier 2021.

Pour faire écho à notre volonté de transparence, nous travaillons à l’ouverture de cette blockchain avec un volonté d’aller vers la blockchain publique. La Blockchain publique nous offre des garanties de sécurité robuste, et à terme offre la possibilité d’échanger de la valeur avec plus de partenaires sans contraintes géographiques, et sans contraintes IT legacy. Par exemple, pour échanger des fonds avec des établissements hors Europe, le système bancaire actuel s’avère lent et onéreux. La blockchain publique nous permettrait d’accélérer les process de diminuer les coûts.

Aujourd’hui nous sommes tributaires de la faible maturité de l’écosystème. En attendant nous intégrons une preuve de l’intégrité de l’utilisation de notre blockchain privée dans la blockchain publique Bitcoin toutes les 6h. Cela permet à nos partenaires de vérifier l’intégrité des informations enregistrées dans notre blockchain privée, grâce à son ancrage sur une blockchain publique inaltérable.

Nous serons capables dans l’avenir d’ouvrir notre blockchain et de créer des liens de gré à gré avec les blockchains de nos partenaires. Nous sensibilisons petit à petit tous nos partenaires à son utilisation. Nous trouvons de la valeur dans l’utilisation de la blockchain dans ce que cela nous permet d’imaginer pour la suite et serions ravis de vous sensibiliser à cette technologie lors de la création de vos produits d’assurance !

La Parisienne Assurances devient Wakam

Nous changeons de nom pour mieux refléter notre modèle digital et notre présence à l’international !