Contact

Assurés, contactez nous

Ce mois-ci nous avons reçu Nikolaus Haufler, CEO et co-fondateur de l’assurtech allemande Wetterheld spécialisée dans l’assurance paramétrique contre les risques météorologiques.

Pouvez-vous nous présenter Wetterheld ?

J’ai passé 5 ans à travailler en tant que consultant dans le secteur bancaire. C’est pendant cette période que j’ai eu l’idée de lancer Wetterheld. J’ai échangé avec beaucoup de clients qui organisaient des festivals, concerts ou autres grands rassemblements à l’extérieur. Beaucoup se plaignaient de la pluie et des intempéries mais aucun n’avait souscrit à une assurance tout simplement car cela n’existait pas !

C’est sur ce pain point que Nikolaus et son frère décident de réfléchir : comment assurer les petites et moyennes entreprises contre les intempéries en proposant une solution accessible en ligne et surtout en temps réel.
En 2019, Nikolaus décide de quitter son travail pour devenir le premier employé de Wetterheld. Il sera suivi quelques mois plus tard par son frère. Aujourd’hui, l’assurtech compte plus d’une dizaine de collaborateurs.

Quels sont les challenges auxquels vous avez été confronté au début de Wetterheld ?

Rencontrer des clients et leurs pitcher notre idée étaient plus difficile qu’on ne le pensait. Quand tu as simplement une idée, c’est compliqué de prendre du temps à des gens très occupés sans amener une vraie valeur ajoutée. Nous avons tout de même réussi à échanger avec des acteurs de différents secteurs (événementiel, restauration, agriculture…) pour obtenir du feedback et surtout améliorer notre proposition de valeur.

Mais nous nous sommes rendus compte que nous ne pouvions pas uniquement proposer une assurance pluie. Nous devions également créer une assurance contre la sécheresse à destination des agriculteurs. Ce nouveau pain point n’était pas non plus couvert par les assurances traditionnelles. Mais avant de nous lancer il était encore une fois très important pour nous de récolter des avis clients.

En novembre 2019, nous avons gagné un stand à un grand salon de l’agriculture en Allemagne.

Pendant six jours, nous avons pu échanger avec des agriculteurs sur notre idée d’assurance contre la sécheresse. Nous avons reçu beaucoup de feedbacks positifs sur notre idée.

En réalité, l’année d’avant, les agriculteurs avaient subi une forte sécheresse en Allemagne et ils ont pu s’identifier à cela. D’un point de vue risque nos deux produits* se complètement parfaitement bien : tu as soit de la sécheresse, soit de la pluie ! (Rires)

(assurance sécheresse pour les agriculteurs et assurance pluie pour les organisateurs d’événements extérieurs*)

Quels sont les pain points chez les agriculteurs que vous vouliez résoudre avec votre assurance ?

Pour les agriculteurs c’est très simple : 90% du temps ils vont avoir une année et un rendement tout à fait normaux. Mais il se peut qu’il y ait des périodes de sécheresses pendant une période cruciale qui a lieu 4 à 6 semaines par an : la période de végétation. Si les récoltes n’ont pas suffisamment d’eau pendant ce moment de l’année, les agriculteurs peuvent perdre une partie de leurs récoltes et donc une partie de leur revenu !

Il est donc difficile pour eux de payer leurs factures, leurs crédits ou même leurs employés. Ce sont parfois de petites exploitations qui n’ont pas toujours les moyens d’avoir une trésorerie suffisant pour pallier ce manque. C’est ce problème que nous essayons de résoudre d’un point de vue financier. Mais je pense qu’on les aide aussi d’un point de vue psychologique, le fait de savoir qu’ils vont recevoir une compensation financière en cas de sécheresse leur enlève un poids.

Et pour les organisateurs d’événements ou restaurateurs ?

Ils mettent beaucoup de temps et d’énergie à préparer un événement pendant lequel les gens pourront profiter d’un bon moment avec par exemple de la musique, de la nourriture, etc. Mais s’il pleut pendant un ou plusieurs jours, les gens vont moins en profiter et par conséquent moins dépenser. Les organisateurs risquent de ne pas rentrer dans leurs frais ! C’est le même principe pour les restaurateurs à qui s’adressent également le produit. S’ils ne peuvent pas ouvrir leurs terrasses l’été à cause de la pluie. C’est toujours ces mêmes risques financier et psychologique que nous souhaitons couvrir.

Pouvez-vous nous parler plus en détail de l’assurance sécheresse que nous avons développé ensemble ?

Le process est assez simple et intuitif ! Il vous suffit de vous rendre sur notre site. Prenons l’exemple d’un agriculteur souhaitant assurer ses cultures contre la sécheresse. Il clique sur « s’assurer contre la sécheresse » (« Insure against drought »)

Crédits : www.wetterheld.com

Ensuite, il choisit la culture la plus importante qu’il possède et qu’il souhaite assurer : par exemple les pommes de terre. Il choisit la date à laquelle il souhaite s’assurer et pour combien de jours.

Crédits : www.wetterheld.com

Il doit renseigner l’adresse de sa ferme et valide la station météorologique la plus proche de chez lui Ce point est très important car le paiement de son sinistre va dépendre des mesures effectuées par cette station.

Crédits : www.wetterheld.com

Enfin, l’agriculteur peut personnaliser le contrat. Il peut indiquer le nombre de jours à assurer, le montant maximal du paiement et il peut même voir l’historique des conditions météorologiques de la station. L’assuré voit exactement le montant qu’il va recevoir s’il n’y a pas de jours de pluie (ou un, deux, trois etc) On a voulu une vraie expérience client avec un environnement facile d’utilisation et surtout transparent pour l’assuré.

Crédits : www.wetterheld.com

Lorsque vous souscrivez à une assurance, le moment le plus important pour l’assuré est l’expérience client qu’il vit lors d’un sinistre. C’est pour cette raison que nous avons conçu un parcours transparent.
Chaque jour, les assurés ont accès dans leur portail client aux données météorologiques de la station et peuvent visualiser l’impact sur leur contrat.

En cas de sinistre, ils reçoivent automatiquement un email indiquant qu’ils peuvent faire une déclaration et recevoir leur indemnisation. Avec l’assurance paramétrique le processus de validation est très simple : si d’après la station météo il n’y a pas eu de précipitations vous recevez un dédommagement. C’est aussi simple que cela !

En quoi votre produit est différent des assurances plus traditionnelles ?

Le modèle de risque météorologique que nous avons construit est un modèle mathématique très compliqué. Je pense qu’il y a peu d’entreprises dans le monde qui ont un modèle de risque comme le nôtre. Nous sommes les seuls à pouvoir l’appliquer en temps réel avec bien sûr un respect strict de la réglementation en vigueur.

Notre vision de l’assurance ressemble beaucoup à la vôtre, nous voulons être le plus transparent et le plus clair possible pour nos clients.

Nos assurés peuvent personnaliser leur produit pour créer un produit qui correspond parfaitement à leurs besoins.

En seulement quelques clics, vous pouvez l’acheter via notre plateforme et vous recevez instantanément votre police d’assurance. Pour y parvenir nous avons réalisé de nombreux tests et obtenu beaucoup de validation ! Votre Squad Risques a lu beaucoup de documentation avant d’approuver notre modèle. Nous étions très fiers lorsque nous l’avons reçue. Cela voulait dire que nous avions construit un modèle qui fonctionne !

Pourquoi avez-vous décidé de travailler avec Wakam ?

J’avais entendu parler de vous par le biais de différentes sources. Tout d’abord, nos investisseurs sont Parisiens, ils connaissent votre équipe de direction et nous ont parlé de vous (en bien je vous rassure !). Nous faisions aussi partis d’un accélérateur avec d’autres fondateurs d’assurtechs. Ils nous ont parlé de leur relation avec vous et du mode de fonctionnement. Ça nous a beaucoup plu !

Et ce qui est très intéressant pour nous, c’est aussi votre présence dans toute l’Europe, car le problème que nous abordons ne se limite pas à l’Allemagne ! À l’avenir, nous voulons déployer ce produit dans d’autres pays. C’était vraiment un point clé.

Combien de temps cela a pris pour valider le produit ?

Entre la validation du modèle de risque et la mise en place technique et juridique il s’est écoulé 5 mois. Je pense que nous aurions pu le faire en moins de temps si nous n’avions pas eu les vacances de Noël au milieu !

Mais à aucun moment j’ai eu l’impression que nous perdions du temps. Vos équipes ont fait un énorme travail pour absolument tout vérifier afin de lancer le produit dans les meilleures conditions possibles.

Si vous aviez trois mots pour illustrer notre partenariat ?

Je dirais : honnêteté, tourné vers la réussite du projet et surtout beaucoup de fun ! J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec vos équipes pour la mise en place du produit.

Avez-vous ressenti les effets du Covid-19 sur votre business ?

Oui, notamment sur notre assurance contre la pluie pour les évènements extérieurs ou les restaurateurs. En raison de la situation sanitaire de nombreux concerts ou festivals ont été annulés. Mais la situation s’améliore lentement.

En ce qui concerne notre assurance pour la sécheresse, les agriculteurs ont été moins affectés par la pandémie car les gens ont besoin de manger tous les jours ! Nous avons eu beaucoup de chance de trouver ce produit avant la pandémie. Cela a clairement sauvé notre entreprise.

Quels sont les prochains challenges pour Wetterheld ?

Cette année, l’assurance sécheresse n’a pas été très demandée par les agriculteurs en raison des conditions météorologiques : il y a de fortes pluies mais aucune sécheresse.

Nous voulons d’ailleurs proposer une offre plus globale aux agriculteurs qui couvrirait plusieurs risques météorologiques comme les fortes pluies (ce qui n’est pas forcément bon pour eux non plus !)

L’objectif est aussi d’attirer l’attention des organisateurs d’événements en pleine air. Comme je l’ai mentionné, le secteur est en train de redémarrer. Pour le moment ils se concentrent plus sur les risques sanitaires que les risques météorologiques. Mais lorsque que le secteur repartira, ils verront l’intérêt de s’assurer contre la pluie.

Et pour finir, nous travaillons également sur une verticale plus B2C. Nous regardons pour proposer notre au profit des particuliers.

Envisagez-vous de vous développer en Europe ?

Oui je passe du temps à étudier des opportunités en dehors de l’Allemagne. Les problématiques que nous adressons vont bien au-delà de nos frontières. Et comme vous disposez d’une licence à travers toute l’Europe, il est nécessaire pour nous d’attaquer de nouveaux marchés.

Nous nous concentrons sur la Pologne pour le moment. Il y a une forte demande pour notre assurance contre la sécheresse et contre la pluie. Nous allons y travailler pendant les prochains mois. Nous vous tiendrons bien sûr au courant !

Un dernier mot pour la fin ?

Aujourd’hui, nous constatons que les événements météorologiques extrêmes reçoivent de plus en plus d’attention de la presse, du grand public et aussi des entrepreneurs. Il y a clairement une tendance à prendre ces risques plus au sérieux et s’assurer contre ! Nos produits et notre technologie répondent parfaitement à cette nouvelle demande. Nous évaluons en permanence l’impact de la météo sur l’économie, les entreprises et tous les domaines dans lesquels nous pourrions apporter une solution.

Et pour finir si certaines assurtechs veulent travailler avec Wakam, allez-y !

Interview réalisée en juillet 2021.

Emilien Matte

Brand Content & Social Media Lead