Contact

Assurés, contactez nous

Il est revenu pour nous sur le lancement de cette assurtech qui bouscule les codes de l’assurance traditionnelle en proposant une offre simple, transparente et 100% digitale. Frappée de plein fouet par la crise de la COVID-19 au moment de son lancement sur le marché de l’assurance voyage, Cleverea a su rebondir pour s’imposer petit à petit sur le marché des nouvelles mobilités en Espagne.

Cleverea : le néoassureur au service de l’expérience client

Javier a fondé Cleverea en 2019 avec son frère jumeau Joan et leur ami Alvaro. C’est à la suite d’une très mauvaise expérience client pour la souscription d’une assurance habitation. L’assurtech cherche à bousculer le marché et les acteurs traditionnels du secteur. Elle propose une expérience client au plus près des standards de consommation dont nous avons l’habitude avec Amazon, Netflix ou les néobanques. Une application épurée avec un parcours client simple, des offres claires et une communication percutante.

« Quand tu as 20-25 ans c’est à ce moment que tu te retrouves confronté à l’achat de ta première assurance. Nous avions besoin d’une assurance habitation pour nous installer tous les 3 en colocation. Après avoir répondu à beaucoup de questions par téléphone (nous n’avions pas répondu à la plupart), nous avions reçu plus de 200 pages de documents contractuels (papier !) à signer et renvoyer par la poste.

En tant que digital native, nous sommes habitués à utiliser notre smartphone pour tout. J’utilise le mien pour écouter de la musique, me déplacer, voyager et même pour ouvrir la porte des bureaux !

Mais pour l’assurance tu dois lire des contrats complexes et signer à la main des documents papier. C’est à ce moment qu’on s’est demandé comment améliorer la vie des gens en proposant une expérience différenciante

De par nos expériences dans nos précédents jobs (conseils en finance pour des entreprises en Europe du Sud) on s’est rendu compte qu’elles n’avaient pas la culture ni même l’agilité et l’expertise en interne pour proposer une nouvelle expérience à leurs clients. Les process sont plus longs et ils ont moins cette culture du digital que les assurtechs. »

Les bases de ce qui allait devenir Cleverea étaient jetées !

Une offre adaptée aux nouveaux modes de consommation…

Cleverea cible une population relativement jeune (entre 25 et 40 ans). Ce sont eux qui ont le plus d’appétence pour le digital et qui sont le plus sensibles à une bonne expérience client.

« Nous avons obtenu notre licence auprès du régulateur en Juillet 2020 pour nous lancer sur le secteur de l’assurance voyage. C’est la première verticale que nous avons adressée avec Wakam. Malgré la crise, nous avons réussi à signer plusieurs partenariats (dont un avec une compagnie aérienne espagnole). »

Nous avons toujours eu l’ambition de nous lancer sur plusieurs lignes de produits, mais la Covid-19 a accéléré nos plans et nous a forcée à nous lancer plus rapidement.

De gauche à droite : Javier, Alvaro et Joan.

Coupé en plein élan dans leur lancement, Cleverea décide de réagir et de revoir ses priorités en se lançant sur le secteur de la micro-mobilité jusque-là ignoré par les acteurs traditionnels. 

« Ce sont des produits qui n’existaient pas en Espagne et dont on a pourtant cruellement besoin. On voulait aussi commencer par un produit simple à mettre en place, sur lequel il n’y avait pas (ou peu) de compétition avec un time to market très court. C’est aussi en lien avec notre business model : en tant que MGA (Agent Général Gestionnaire) nous souhaitions pouvoir contrôler l’ensemble du cycle de vie du produit : définir le tarif, la souscription, la gestion des sinistres etc.

Il était donc important de trouver un assureur agile, avec un time to market très court et une appétence pour le digital. Finalement un assureur qui croie en nous !

C’est plus compliqué de commencer avec un produit de masse comme l’assurance auto qui a un montant de prime plus élevé, un process de sinistre plus complexe et avec un marché très compétitif. Cela nous aurait demandé beaucoup plus de temps, chose que nous n’avions pas. »        

…et sur-mesure pour répondre aux besoins des consommateurs

En plus de l’assurance voyage, nous avons travaillé avec Wakam sur la création de deux offres sur-mesures afin d’adresser deux cibles de clients.

« D’abord nous avons ciblé les consommateurs qui se déplacent en vélo ou en trottinette sur des distances relativement courtes comme pour retrouver des amis ou travailler. Ensuite, nous voulions un produit à destination des cyclistes qui utilisent leur vélo pour faire du sport.  Ils ont généralement des modèles plus onéreux qui peuvent excéder les 10 000€ !

Les deux produits sont légèrement différents car les sportifs utilisent un vélo qui coûtent généralement très cher donc ils feront plus attention à être couvert contre le vol et les dommages causés aux vélos. L’autre profil se concentrera plus sur la responsabilité au tiers ou les dommages corporels en cas d’accident. »

Wakam : une culture tournée vers le digital et l’innovation

« Nous avons rencontré et travaillé avec pas mal d’assureurs du marché depuis ces dernières années. Mais Wakam est de loin l’assureur le plus rapide et flexible avec lequel on pouvait travailler.

Vous avez une approche très innovante de l’assurance et vous n’avez pas peur d’essayer de créer de nouveaux produits.

Et je ne crois pas à la standardisation de l’assurance. Chaque partenaire et chaque marché a ses propres spécificités. C’est quelque chose que vous avez clairement compris. Votre organisation est suffisamment agile pour construire un produit sur-mesure qui collera au plus près de nos attentes et des besoins de nos assurés finaux. Vous avez aussi une très forte culture du digital et une appétence pour la techno. J’ai utilisé votre portail API qui permet de tester le produit. Quand tu compares ça à d’autres assureurs plus traditionnels ça n’a rien à voir ! On te donne une documentation de plus de 300 pages en PDF, sans aucun moyen de tester quoi que ce soit. Ce sont vraiment deux mondes !

En fait, comparer Wakam à un assureur traditionnel c’est un peu comme comparer un tweet à un papyrus. L’un est très complexe à lire, fragile et c’est du papier. Et l’autre est digital, concis et rapide ! »

Comment avez-vous entendu parler de Wakam ?

« Quand nous avons lancé Cleverea, nous n’avions presque aucun contact ou expertise dans le secteur de l’assurance. Grâce au réseau de nos investisseurs et autres partenaires, nous avons pu prendre contact avec une dizaine d’assureurs et de réassureurs en Europe. Lors de l’événement ITC Las Vegas en septembre 2019. Nous avons rencontré votre Chief Revenue Officer avec qui nous avons immédiatement accroché. Quelques mois plus tard nous avions signé un partenariat et lancé notre produit retard d’avion.»

Même si nous étions très en avance de phase (nous n’existions que depuis 4 mois) vous n’avez pas hésité à nous accompagner et à miser sur nous. Peu d’assureurs l’auraient fait à l’époque !

Comment avez-vous vécu la crise de la COVID-19 chez Cleverea ?

« Nous avons été très impactés sur notre première verticale (assurance voyage). Tous les projets ont été mis en pause. Nous étions notamment en discussion avec des partenaires pour intégrer l’assurance dans des cartes de crédit, des banques, des compagnies aériennes et des courtiers.
C’était notre premier produit donc quand tu es une startup et que tu te lances tu dois saisir chaque opportunité. On a une seconde chance avec notre deuxième verticale sur la mobilité mais il est clair que nous n’aurons pas de troisième chance !! Finalement la crise nous a fait entrer sur la mobilité bien plus vite que ce que nous avions initialement prévu. »

Penses-tu que la COVID-19 a eu un impact sur le secteur des nouvelles mobilités ?

« Oui bien sûr ! Les habitudes des gens pour se déplacer ont clairement changé. Ils prennent de moins en moins les transports en communs car ils travaillent beaucoup plus de chez eux. Ils se déplacent sur des distances plus courtes donc sont enclin à prendre des vélos ou des trottinettes en libre-service.»

Le jour où la situation reviendra à la normale on gardera un niveau d’utilisation beaucoup plus fort qu’avant la crise.

Quels sont les challenges à venir pour Cleverea ?

D’ici à la fin de l’année nous allons lancer de nouveaux produits (assurance vol de moto) et étendre nos offres sur la mobilité aux professionnels. D’ici la fin de l’année, nous allons aussi lancer notre assurance habitation. Je pense que nous pouvons apporter beaucoup aux assurés d’autres pays. Spécialement en Europe du Sud (Portugal et Italie) où le marché de l’assurance habitation (digitale) est moins mature que dans d’autres marchés comme la France ou le Royaume-Uni par exemple.»

Affaire à suivre donc… !

Propos recueillis en mars 2021.

Emilien Matte

Brand Content & Social Media Lead